La vision du laboratoire englobe une série de questions sur le vieillissement du cerveau, sur la communication, sur les capacités cognitives en général et sur leur transformation en outils d’évaluation et stratégies d’intervention.

La communication humaine repose sur une organisation neurofonctionnelle complexe qui s’appuie sur un réseau de neurones répartis sur les deux hémisphères. Comme c’est le cas pour d’autres domaines de la cognition, le maintien des capacités de communication avec l’âge exige que ce réseau se réorganise. Chaque dimension de cette réorganisation reflète probablement des processus compensatoires permettant de faire face à une complexité accrue ou de compenser des déficiences sensorielles / cognitif en utilisant des stratégies cognitives alternatives.

De même, il est bien connu qu’une lésion de l’hémisphère droit (RH) peut interférer avec les capacités de communication chez les adultes droitiers, et en particulier avec le traitement sémantique des mots, du discours et des capacités pragmatiques. Ces déficits de communication peuvent se manifester par des profils cliniques différents en fonction de leur nature. Malgré d’importants progrès au cours des dernières années, la nature de la réorganisation neurofonctionelle qui soutient différents aspects de la communication dans le cadre d’un vieillissement optimal est encore largement inconnu, et la mesure dans laquelle cette réorganisation a lieu chez les personnes qui ne vieillissent pas avec succès est encore soumis à question. En outre, les conséquences d’une telle réorganisation fonctionnelle sur la nature des déficits de communication après une lésion cérébrale chez les patients âgés sont encore mal décrits, et des outils cliniques sont nécessaires pour que les cliniciens soient en mesure d’aider les personnes ayant des problématiques en communication.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.